Triste texture

Pour rester dans le thème de la pluie, cette photo de ces balançoires à bascule, communément appelées "tape-cul", a été prise au Camping Laurier, a été prise il y a de cela quelques semaines.

Je ne l'ai pas mise en ligne plutôt parce que je la considérais ratée, la mise au point étant sur la planche plutôt que sur la poignée avec  les gouttes en suspend et aussi parce que je ne savais pas quoi dire sur celle-ci.

Aujourd'hui, je révise mon jugement et je la trouve finalement très bien.  J'aime la texture de la peinture et du bois qui est mise en évidence.  Le noir et blanc aide à mettre tout cela en évidence, mais la terre et le sable donnent également un aspect rugueux à ce mobilier de parc.

Mise en contexte, j'ai l'impression qu'une certaine tristesse s'en dégage. La balançoire a visiblement été construite pour durer. Je ne connais pas l'année, mais par son côté artisanal, on se doute bien qu'elles ont tapé leur premier cul il y a de cela quelques étés. Malheureusement, plus beaucoup d'enfants n’y font la bascule. Ce sont plutôt les herbes longues qui la côtoient quotidiennement jusqu'à l'arrivée fatidique du "bulldozer".