Tout vient à point à qui sait attendre

Un petit suivi sur mon commentaire de vendredi. En fait, tout juste après l'avoir publié, je me suis étiré le cou et remarqué la couleur bleue du ciel et la quantité "idéale" de nuages. Je ressors donc mon vélo et me dirige vers le même endroit que la veille.

En y arrivant, je prends quelques photos, elles sont belles, mais aucunes d'exceptionnelles. Comme j'avais d'autres endroits pas très loin en tête, je quitte me disant qu'on verra bien. Je vais vous montrer les autres plus tard au courant de la semaine.

De retour vers la maison, je constate que les conditions sont encore meilleures pour réaliser ma photo que j'imaginais initialement. Ça aurait été facile de continuer, mais j'ai décidé  de rebrousser chemin puisqu'on ne sait jamais quand on va retrouver ces conditions.

Arrivé sur place, je m'installe et clic ! Hmmmm, ce n’est pas tout à fait ça. Le problème avec les nuages, c'est que ce ne sont pas des cadres qu'on peut déplacer pour les positionner exactement où l'on veut et ils font de l'ombre. Mais qu'à cela ne tienne, j'ai décidé d'attendre. 45 minutes plus tard, les nuages sont enfin "au bon endroit", et coup de chance, le train de banlieue sort de l'arrière du petit bois. Je ne dirais pas parfait, mais pas loin.

Tout ça pour dire que des fois ça vaut la peine d'attendre et de s'y prendre à plusieurs reprises pour obtenir le résultat qu'on souhaite.