Garder les yeux ouverts

Ça fait plusieurs jours que j'ai un angle en tête pour photographier la montagne. Au moment du coucher du soleil, les rayons vont l'éclairer directement. Je suis assez convaincu que ça va donner quelque chose d'intéressant.

Donc hier, je regarde le ciel en direction de la montagne, il est bleu pétant avec quelques nuages par-ci par-là. C'est parfait. Idéalement, tu veux toujours un peu de nuages. Un ciel vide, c'est un peu poche.

J'enfourche mon vélo et je me dirige vers le lieu en question. Rendu, ce n’est pas du tout ce que j'avais en tête. Le soleil venait de se cacher derrière des gros nuages gris. En direction de la montagne, le ciel est super éclairé, mais la montagne est comme dans l'ombre et on ne voit pas grand-chose. C'est toujours possible d'arranger le tout en postproduction, mais le résultat est plutôt quelconque.

 Je suis un peu déçut, mais je me dis: ce n'est pas grave. Je vais revenir plus tard. Cependant en m'arrêtant deux secondes et regardant les nuages en question, je me rends compte qui a quelque chose à faire là. Je retourne le trépied de bord, 2-3 gossages avec mes réglages et voilà !

Tout ça pour dire que c'est ça que j'aime dans la photographie. La plupart du temps quand tu mets le pied hors de la maison pour prendre des photos, t'as beau avoir une idée en tête, à ton retour tu fini avec tellement trucs que tu n'avais pas envisagé. Ça te permet de porter un regard différent sur ce qui t'entoure. Pratiquement n'importe quoi peut être sujet d'une bonne photo. Il s'agit d'orienter son regard sous le bon angle.